Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Nouvelles séances de rattrapage (La brindille/Avant l'aube/Tu seras mon fils)

 

La brindille d'Emmanuelle Millet

Fragile histoire d'une frêle jeune fille qui n'a pas choisi et ne veut pas devenir mère. Une interprétation exceptionnelle de Christa Theret dans un portrait d'adolescente délavé et lisse malgré le côté abrupt et buté de son personnage. La construction linéaire du récit, son aspect fruste, sa concentration sur un unique thème et sa mise en scène de reportage télé gonflé en fiction contribuent au sentiment de frustration ressenti devant un film en manque d'intensité et de densité. La brindille s'est envolée avec le vent.

 

Avant l'aube de Raphaël Jacoulot

Sous des allures de thriller, une analyse assez fine des clivages sociaux dans la relation entre un jeune employé d'en bas et un hôtelier d'en haut. Des rapports qui auraient pu d'ailleurs être développés, avec plus de trouble et d'intensité. Il reste une atmosphère naturelle fascinante, les neiges pyrénéennes, et l'excellence du jeu du duo Bacri/Rottiers avec de seconds rôles bien typés. Sympathique.

 

Tu seras mon fils de Gilles Legrand

Saint-Emilion, c'est Dallas et son univers impitoyable. L'immense Niels Arestrup écrase de toute sa morgue le reste de la distribution dans ce drame vinicole. Un film charnu, dont le bouquet manque de subtilité, même si long en bouche. L'épilogue frôle le ridicule. Pas mal charpenté, mais trop riche en tanins.



20/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres